Fantasmer sur votre ex fait-il de vous une ordure ?

Les femmes seraient plus susceptibles de convoquer le souvenir d’anciens partenaires sexuels que les hommes.

Des politiciens aux stars du porno, toutes sortes de personnages inattendus peuvent surgir dans nos fantasmes. Certaines études ont cependant démontré que dans le domaine de l’imagination sexuelle, les femmes cis sont plus susceptibles que les hommes cis de convoquer le souvenir d’anciens amants.

Ces différents fantasmes peuvent par exemple porter sur un coup d’un soir particulièrement mémorable ou mettre en scène une personne avec laquelle vous avez eu une plus longue relation. Et c’est là que les choses peuvent se compliquer. Car où situer la limite entre des pensées sexy un peu taboues et la redécouverte de sentiments persistants à l’égard d’un ou d’une ex ?

Stefano Verza, psychologue et expert en non-monogamie éthique, m’a expliqué que l’attirance peut prendre plusieurs formes. Tout d’abord, il y a l’attirance sensuelle, « liée au toucher et à la physicalité, sans pour autant englober une composante érotique ». Ensuite, il y a l’attirance platonique, liée à l’amitié et à l’attirance romantique, ancrée dans « les sentiments et les liens émotionnels », explique Verza. Enfin, il y a l’attirance sexuelle, qui est liée aux sentiments d’érotisme et d’intimité.

Les rêves érotiques avec un ex – dont on a presque tous fait l’expérience — ne sont peut-être rien d’autre qu’une manifestation nostalgique inoffensive de la composante sexuelle perdue de cette relation désormais achevée. Mais, comme l’ajoute Verza, « il se peut que nous ne soyons pas en mesure de distinguer immédiatement — et donc de séparer — ces sentiments de l’attraction romantique qui existait autrefois. »

Inutile de dire que cela peut donner lieu à un sentiment très étrange, mélange de culpabilité et de remise en question. Verza soutient que notre incapacité à délimiter clairement ces sentiments provient du contexte socioculturel dans lequel nous avons grandi : « on nous a enseigné une vision normative des relations, où tous ces différents types d’attirance sont mélangés dans un grand melting-pot. »

Une série d’études menées en 2020 par Amy Muise, chercheuse en sciences comportementales à l’université de York, a examiné pourquoi nous faisons une telle fixette sur nos expériences sexuelles positives antérieures. Décrivant ce phénomène comme une sorte de « nostalgie sexuelle », ses recherches ont révélé que — surprise, surprise — nous serions plus susceptibles de fantasmer sur nos ex lorsque nous sommes célibataires ou insatisfaits de notre relation actuelle. Elle a également montré que les célibataires et les personnes insatisfaites qui ont besoin de proximité émotionnelle éprouvent davantage de nostalgie sexuelle que les personnes ayant un statut relationnel similaire, mais qui sont plus détachées émotionnellement.

Verza tient à souligner qu’il n’existe pas qu’une seule façon d’interpréter les fantasmes sexuels à propos de nos ex-partenaires. « En tant qu’individus, les fantasmes peuvent revêtir des significations différentes à différents moments de notre vie », explique-t-il. Selon qui nous sommes et ce que l’on vit à ce moment précis, « cela peut être l’expérience sexuelle que nous avons eue avec cette personne qui nous manque, la personne elle-même, ou simplement ce qu’elle représentait pour nous ».

Pour Verza, nous avons très souvent tendance à suranalyser nos pensées sexuelles et à croire qu’elles sont le signe que quelque chose cloche chez nous. Mais « les fantasmes dictés par nos souvenirs sont des phénomènes naturels », ajoute-t-il. « Ils font partie du flot ininterrompu de nos pensées. Il est normal de s’attarder sur des moments qui ont été significatifs pour nous. »

Évidemment, se surprendre à penser à un ex alors que l’on est en train de faire l’amour avec quelqu’un d’autre peut faire peur, voire susciter de grosses remises en question. Mais Verza rappelle que nous avons généralement très peu de contrôle sur les personnes qui surgissent à l’improviste derrière nos paupières pendant les rapports sexuels. « C’est une activité cérébrale normale, et il n’y a aucune raison de s’en sentir coupable », a-t-il ajouté.

Attention toutefois. Il arrive parfois que ces fantasmes constituent un signal d’alarme vous indiquant que quelque chose cloche dans votre relation actuelle. Ça ne signifie pas nécessairement qu’il est temps de larguer votre partenaire, mais ça peut mettre en lumière le fait que certains de vos besoins et priorités ne sont pas satisfaits, ou ont changé en cours de route.

Dans ce cas, vous devez vous poser deux questions : ces fantasmes sont-ils le fruit de pensées errantes, aléatoires, ou bien est-ce que j’essaie activement de les transformer en scénarios plus réfléchis et étoffés ? Et, plus urgent encore, dois-je en parler à la personne que je fréquente ?

D’après Verza, les fantasmes devraient toujours être partagés et être sujets de discussion entre deux partenaires amoureux, aussi compliqué ou difficile que cela puisse paraître. « Dès le départ, il faut forger un style de communication qui permette de parler librement de ces sujets. Aussi bien des fantasmes que vous souhaitez réaliser, que de ceux que vous désirez garder dans votre imaginaire. »

Si la relation est assez solide, dit-il, « il ne faut pas avoir peur de perdre l’autre personne, ni d’activer une potentielle jalousie ». Pour rendre cette conversation possible et pas trop gênante, il faut rassurer son partenaire en lui expliquant qu’un fantasme érotique n’est, au fond, que ce qu’il est : un fantasme. Il n’implique donc pas nécessairement une composante émotionnelle. Et même s’il y en a une, c’est avec votre partenaire que vous avez choisi d’être, pas avec la personne qui habite votre fantasme. « Si vous êtes honnête, la réaction de votre partenaire à cette discussion en dira beaucoup plus sur lui que sur vous. »

Quel que soit votre statut relationnel actuel, les fantasmes ont souvent tendance à idéaliser à la fois les personnes et les situations. En gros, ils recréent des expériences intenses, mais sans les défauts et les ratés qui font partie de la vie sexuelle quotidienne. « Nous modifions ces images à notre avantage », explique Verza. « Lorsque je me remémore dans ma tête une expérience sexuelle antérieure, il m’est difficile de me souvenir des odeurs, des sons ou des moments spécifiques que je n’ai pas aimés. »

Donc, si vous êtes tenté(e) de vous remettre réellement avec un(e) ex en vous basant uniquement sur les fantasmes qui surgissent dans votre esprit, prenez une ou deux minutes pour bien y réfléchir. Avant de vous précipiter dans ses bras (ou dans ses MPs), n’oubliez pas que si c’est votre ex, c’est bien pour une quelconque raison.


Vincenzo Ligresti – Read more on Vice.com

Leave a Comment

Your email address will not be published.

*