Recruter en visio : comment “gommer les barrières qui distordent les soft skills”

Avec la crise du Covid, de nombreux entretiens d’embauche se déroulent en visioconférence. Lors de ces entretiens bien différents de ceux qui ont lieu en physique, managers et RH devront veiller à se montrer bienveillants, attentifs et organisés.

La crise sanitaire nous oblige à réaliser de nombreuses tâches à distance, dont les entretiens de recrutement. Or, managers et responsables recrutement peuvent se retrouver démunis face à ces entretiens d’un nouveau genre, effectués en visio-conférence. Voici quelques conseils pour qu’ils se passent au mieux.

Une préparation minutieuse

Première nécessité qui peut paraître évidente mais c’est une étape incontournable : bien préparer cet entretien. Notamment d’un point de vue technique. Il faut s’assurer que sa webcam, son micro, sa connexion fonctionnent parfaitement. Flavien Chantrel, responsable éditorial chez HelloWork, convie aussi à réfléchir à l’endroit où s’installer, à réserver une salle de réunion, par exemple.

Cette préparation doit aussi avoir lieu chez le candidat : Jessica Ready, recruteuse freelance, recommande de prévoir un mini-guide de l’entretien en visio-conférence à adresser au candidat. “Il peut donner des conseils sur la façon de se mettre dans de bonnes conditions, expliquer quel outil va être utilisé ou encore comment le télécharger et comment il fonctionne.” Cette préparation ne doit pas se limiter aux éléments techniques : il faut aussi adapter la préparation habituelle d’un entretien aux contraintes de la visio-conférence.

Dans notre métier, il y a beaucoup de subjectif. En face à face physique, on perçoit plus de choses de la personne. La visio-conférence lisse tout”, s’alarme François Lebailly, dirigeant-fondateur de FL Executive Search.

Flavien Chantrel invite à préparer des questions qui permettent d’avoir des réponses vis-à-vis des soft skills recherchées. Par exemple : comment vous qualifieriez-vous au quotidien ? Quels sont vos rapports avec vos collègues ?

Donner à voir l’entreprise

Une fois l’entretien préparé, il s’agit de se lancer. Et d’accueillir le candidat dans de bonnes conditions. Ce qui veut dire, comme le souligne Catherine Marché, DRH de Demos Group, que la présentation doit être soignée : “On continue à représenter la société”. Ce qui veut dire qu’il faut s’habiller de manière professionnelle et mettre un arrière-plan neutre ou flouté. Jessica Ready conseille plutôt de retranscrire l’ambiance du bureau en arrière-plan avec par exemple des affiches qui représentent la société. “Le candidat ne va pas voir les locaux. Or cela est essentiel pour se faire une idée de ce qui va se passer après”, pense-t-elle.

Dans la même idée, la recruteuse incite à partager son écran pour montrer la manière de travailler. Accueillir un candidat lors d’un entretien physique ce sont aussi les ‘small talk’, ces conversations informelles qui débutent l’échange. 

“Pourquoi ne pas essayer d’en insérer dans l’entretien en visio-conférence ? Il faut réintroduire des éléments de l’entretien physique pour permettre de gommer les barrières qui distordent les soft skills”, propose Jonathan Luyt, consultant Robert Walters sur la division Finance.

Une écoute encore plus active

Sur la façon de mener l’entretien, Caroline Guichet, consultante associée chez Emergences RH, prône la bienveillance. Plus à l’aise, le candidat révèlera davantage ses soft skills.

“Les soft skills sont un sujet important lors des recrutements. Comme il est plus difficile de les détecter à distance, il faut être plus réceptif aux signaux faibles, à la manière dont le candidat répond par exemple”, souligne Flavien Chantrel.
François Lebailly exhorte à être encore plus attentif qu’en entretien physique. “L’attention doit être accrue afin de déceler le moindre signe. Et les questions plus précises afin d’obtenir par le questionnement ce qu’on n’arrive pas à ressentir”, résume-t-il.

Autre élément : les réactions du candidat mais également du recruteur peuvent être estompées par écrans interposés. Ne pas hésiter, donc, à poser des questions sur le ressenti de la personne. “Il faut lui donner la possibilité de partager sa pensée”, considère Caroline Guichet. Elle pousse également le recruteur à forcer le trait, à montrer au candidat qu’il écoute activement.

Les entretiens en visio-conférence vont-ils devenir la norme ?

Robert Walters a récemment mené une étude qui révèle que 80 % des entreprises envisagent d’adopter le recrutement à distance à long terme. Jonathan Luyt doute cependant que les entretiens se passent à l’avenir à 100% en viso-conférence. “On ne remplacera jamais le contact humain”, tranche-t-il.

Pour Catherine Marché, les recrutements à distance sont utiles pour défricher, pour établir un premier contact et explorer le parcours du candidat. “Mais la dimension relationnelle reste tronquée, biaisée. Rien ne vaut un rendez-vous physique”, conclut-elle.


Eve Mennesson – Read more on courriercadres.com

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*